• Post category:CHSCTREA

COMPTE RENDU DU CHSCTREA DU 14 JANVIER 2021

A la demande du Snetap-Fsu, afin de faire un point sur la situation épidémique dans les établissements ligériens, un CHSCTREA s’est tenu le 14 janvier 2021. L’occasion était aussi de montrer les nombreux dysfonctionnements récurrents dans la gestion de la crise sanitaire

Sur le contexte de la rentrée….Tout va bien Madame la marquise ?

Le SRFD, M. Nénon a rappelé en préambule le contexte de la rentrée de janvier 2021.Selon lui, les protocoles ont bien été mis en place dans tous les établissements. Il a rappelé les chiffres de contaminations dans les établissements d’enseignement soit 8 cas avérés la 1ère semaine (public privé confondus) et 14 cas la semaine suivante. Pas d’éléments particuliers à annoncer selon lui… « la situation est stable avec un niveau plus important que celui souhaité ». Le Snetap-Fsu émet des doutes sur les chiffres annoncés. Les données semblent erronées. La Roche sur Yon a fermé une classe cette semaine suite à 8 cas avérés tandis que Laval avait aussi une classe dans cette situation la semaine d’avant (après une fermeture de l’établissement en décembre). Cette situation montre que les chiffres peinent à être remontés et que la communication est très insuffisante voire inexistante ! Des exemples de cas où l’agent.e potentiellement cas contact n’est pas averti et reste sur son lieu de travail ont été donnés…Ceci n’est pas acceptable ! Cela représente non seulement un risque important en termes de propagation du virus mais une source d’inquiétude et d’incompréhension supplémentaire pour les agent.e.s. Nous avons demandé un véritable plan de communication à ce sujet. ( avis n°4) Le DRAAF a reconnu un problème de communication et s’est engagé à adresser un message aux établissements et ainsi rappeler les principes et les enjeux de cette communication.

Sur le protocole dit renforcé, trop peu de respect des préconisations

Le Snetap-fsu a tenu à rappeler qu’il existait un protocole national renforcé qui préconise, même si on peut condamner son caractère trop peu injonctif, la mise en place d’une demie jauge afin de limiter les brassages. Force est de constater que trop peu d’établissements ont mis en place cette mesure ! En effet, une enquête réalisée en décembre, montre qu’il existe des établissements où très peu voire aucune mesures préventives ne sont mises en places : peu de gels hydro alcoolique, pas de limitation de la jauge d’élève, pas de distanciation au self…Ceci est non seulement inadmissible mais surtout dangereux  comme d’ailleurs la réponse du DRAAF qui considère que la jauge doit être étudiée dans chaque établissement et qu’il faut attendre les consignes du ministère qui risquent d’évoluer !Hubert Renault, ISST, a proposé son aide pour la mise en place de ce protocole. Après avoir rappelé qu’en décembre, un établissement a fermé pour de nombreux cas, le snetap-fsu a aussi condamné cette manière insuffisante de prévenir les risques sanitaires et psychosociaux. En effet, de nombreux collègues ne sentent pas en sécurité. De plus, l’organisation des examens a été avancée .En effet, comment vont – ils être organisés dans ce contexte où certaines classes n’auront eu que la moitié de leur temps de formation et d’autres la totalité ? Ceci ne peut pas perdurer, les agen,t.e.s sont sous tension et cela représente un facteur de risques psychosociaux important (avis n°3) Dans ce contexte de menace épidémique nouvelle avec le notamment le variant anglais, nous avons réitéré notre demande d’un renforcement obligatoire du protocole (avis n° 1)

Sur les tests et la vaccination, pas de stratégie de prévention à l’horizon…

Le Snetap-Fsu a questionné sur la stratégie de l’administration sur les tests. En effet, suite aux annonces du gouvernement sur le déploiement de tests antigéniques dans les établissements scolaires, nous avons demandé ce qu’il en est pour ceux de l’Enseignement agricole public. Monsieur Nénon a annoncé que l’administration régionale ne disposait que de 2000 tests, que se posait le problème du manque de personnels chargés de tester et qu’à ce titre, ceux-ci ne pouvaient être utilisés que pour détecter un éventuel foyer de contamination. Ceci ne peut être acceptable car ne représentant pas une mesure de prévention efficace. Le principe de ces tests étant de trouver de nombreux cas (souvent asymptomatiques) et d’isoler le plus rapidement possible, force est de constater que l’enseignement agricole n’est pas dans ce dispositif ! Seul l’établissement de Laval, compte tenu du foyer détecté en décembre et de cas récents, va se voir proposer une journée de tests antigéniques. Concernant la vaccination, véritable moyen de lutte contre l’épidémie, le Snetap-Fsu a demandé le calendrier pour l’enseignement agricole. A ce jour, aucune information n’a été donnée : Aucune visibilité ! ( avis n°2)

Sur le télétravail, pas de montée en puissance…

Le Snetap-Fsu a demandé un état des lieux sur le nombre d’agent.e.s en télétravail. Il n’y a pas eu de remontrées de chiffres….Cette forme de travail, moyen de lutte contre la pandémie, n’est absolument pas généralisée contrairement aux recommandations gouvernementales. L’administration régionale s’est engagée à interroger les chefs d’établissements. Surprenant quand on sait que l’administration centrale dit en CHCST-M avoir des données sur le sujet…Enfin, sur la situation de travail d’une collègue infirmière après l’alerte pour danger grave et imminent et l’enquête dédiée, nous avons demandé un état des lieux sur le respect des préconisations permettant de supprimer ce danger .Certaines mesures ont été mises en place mais la situation ne s’est pas grandement améliorée. Nous avons demandé notamment le respect de la note de service sur la dotation des personnels ATLS dont font partie les infirmières. Il n’y a pas eu de réponse de l’administration…Nous avons demandé que le président du CHSCTREA reprenne contact avec le chef d’établissement et l’agent concerné afin de faire appliquer les préconisations. Il en va de santé de notre collègue.

Pour les élus CHSCTREA

Laurence BRAULT

COVID 19/VARIANT ANGLAIS : La situation épidémique se détériore …et l’administration ne réagit pas  !!