A Brette Les Pins (72) comme malheureusement dans de nombreux autres établissements, la rentrée a été marquée par les conséquences désastreuses d’une mobilité des personnels gérée sans les élu.e.s-représentant.e.s des personnels (CAP et CCP). En plus de délais rallongés, des incertitudes jusqu’à la dernière minute, ce sont de nombreuses erreurs qui sont à déplorer….pour un seul résultat, le mépris des agents.

Quand l’administration oublie que ses agents sont de vraies personnes, avec une vie, une famille, une santé…

Quand l’administration ne gère plus les personnels qu’avec des outils informatiques…

Alors, seule une mobilisation collective, du terrain, peut remettre de l’HUMAIN dans ce Ministère qui en manque souvent tant !

A Brette, la section syndicale du SNETAP-FSU…plus généralement l’ensemble des personnels ont su mettre une réelle pression (par le dépot d’un préavis de grève) sur le SRFD et la DGER. Appuyée par les sections régionales des Pays de la Loire (CGT et SNETAP), de Normandie et de la région Centre ainsi que le secrétariat général du SNETAP-FSU, cette mobilisation a permis que notre collègue et camarade Lucie Khamis-Carelle, enseignante d’ESC puisse occuper le poste sur lequel elle avait été recrutée mais aussi qu’une solution soit trouvée pour un de nos collègues en région Centre et ce sans impacter d’autres établissements de la région Normandie.

En cette rentrée morose (en lien avec le manque de moyens, de DGH insuffisante) et de contexte sanitaire anxiogène, cette belle victoire collective nous rappelle que l’action collective au service des agents est bien l’ADN de notre organisation.

Les Co-secrétaires de la section SNETAP-FSU de Brette les Pins (Eric ASTIER et Isabelle ARNAL) et Lucie KHAMIS CARELLE (au centre), enseignante d’ESC.

 

Rentrée 2020 à Brette les Pins : la mobilisation collective fait respecter le droit des agents