Extrême droite et droite extrême – Analyse Juillet 2020

Extrême droite et droite extrême

dans les Hauts-de-France

Analyse Juillet 2020

Extrait articles Visa :

Bilan du FN/RN aux Municipales: NI BANALISER, NI SURESTIMER…

Marine Le Pen triomphe sans vergogne, mais elle ne fait là que son « boulot de communicante ».

En réalité, les résultats électoraux de l’extrême droite au second tour de ces municipales 2020 – qui se sont déroulées dans des conditions très particulières liées à la crise sanitaire – sont nettement plus contrastés…

Extreme_droite_se_nourrit_desespoir_9_320

D’un côté, le principal parti de l’extrême droite française, le Rassemblement national, gagne quelques mairies en plus de celles qu’il avait déjà « conquises » en mars 2014, et regagnées en 2020 (la plupart du temps dès le premier tour). Les principales prises sont la ville … de Bruay-La-Buissière (22.000 habitants) dans le Pas-de-Calais. …

… A Bruay-La-Buissière, le … maire Ludovic Pajot, déjà élu député FN/RN à l’Assemblée nationale depuis juin 2017, n’a que vingt-six puisqu’il est né fin 1993…

[Complément : En conseil municipal de Béthune dont il a été élu en 2014, il s’est illustré par des positions très hostiles aux migrants, proposant notamment l’adoption d’une charte «Ma commune sans migrants». En conseil régional dont il a été élu en 2015, il a également demandé le rejet d’un projet de financement de centres d’accueil pour migrants, note France Bleu. Selon la Voix du Nord, à l’automne 2017, il est même allé soutenir d’autres frontistes qui s’élevaient, lors d’un conseil municipal de Bruay-la-Buissière, contre l’accueil de migrants, ce qui avait provoqué «la nausée» du maire.]

… Avec les mairies que le FN/RN tenait depuis 2014 et avait regagnées au premier tour du 15 mars 2020, cela fait quelques « jolies prises » de son point de vue.

… Dans d’autres cas, le RN a échoué à prendre des mairies qu’il convoitait : il aurait bien aimé conquérir la ville de Marles-les-mines dans le Pas-de-Calais (6.000 habitants) pour pouvoir se targuer d’avoir pris une ville gouvernée jusqu’ici par le PCF, mais malgré une fusion avec une liste « Divers droite » après le premier tour, il y échoue avec 45,12 %. …

… Autre facette des résultats contrastés de l’extrême droite lors de ces municipales : si celle-ci (sous forme du RN) a réalisé, au premier tour, des gros scores dans certaines des mairies qu’elle contrôlait depuis 2014, allant jusqu’à 74,21 % à Hénin-Beaumont, elle avait marqué des scores nettement plus modestes dans d’autres villes. Si 85,9 % des listes du FN présentes en 2014 (dans des communes de plus de 10.000 habitants) avaient réalisé des scores supérieurs à 10 %, ce n’est plus le cas que de 51,9 % d’entre elles, en 2020.

Par ailleurs, fait relativement nouveau, les scores du (désormais) RN baissent souvent de manière substantielle entre le premier et le second tour, là où il n’avait aucune chance réaliste de l’emporter au deuxième. Ainsi, entre deux tours du scrutin, le score du RN passe de 16,40 % à 14,58 % à Douai (Nord) ; de 12,63 % à 7,26 % à Maubeuge ; de 17,80 % à 9,34 % à Noyon (Oise), un ancien fief important du parti d’extrême droite ; il passe de 14,39 % à 8,40 % à Abbeville (Somme), ou encore de 16,48 à 10,10 % à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), tout comme il sera passé de 10,39 % à 8,88 % à Narbonne (Aude) ou de 15,67 % à 9,80 % à Agde (Hérault). …

Premier bilan

Loin de pouvoir nous rassurer et rappelant que le danger fasciste est bien présent en France, le bilan électoral de l’extrême droite au lendemain de ce scrutin municipal ne constitue pas non plus un triomphe pour elle.

Il montre surtout que, si un courant de fond favorable aux idées d’extrême droite existe dans la société française, il ne rencontre pas à l’heure actuelle un appareil militant structuré, présent sur l’ensemble du territoire, quadrillant ce dernier par des équipes militantes. Le RN reste actuellement avant tout une formation électorale présente essentiellement dans les scrutins régionaux et nationaux, qui dispose d’un nombre insuffisant d’équipes militantes « de terrain » pour pouvoir prétendre gangrener toutes les structures de la société par la base, comme aspire à le faire un mouvement fasciste pleinement développé.

Les choses peuvent, bien sûr, évoluer dans le mauvais sens : il s’agit d’une « photo » du moment. Celle-ci montre, au jour d’aujourd’hui, une faiblesse de l’implantation locale dans de nombreux points du territoire. Cette année, le RN avait d’ailleurs présenté 262 listes aux municipales dans des villes de plus de 10.000 habitant-e-s, là où il y en avait 369 en mars 2014. Après ses déboires connus tout au long de la mandature 2014 à 2020 (avec, au total, environ 40 % des conseillers FN/RN élu-e-s il y a six ans qui auront démissionné de leurs mandats), le parti semble avoir misé cette année sur davantage de « rentabilité », présentant des candidats dans des endroits où il semblait exercer un minimum de contrôle et/ou posséder un minimum de chances de gagner.

La lutte antifasciste reste pleinement d’actualité ; elle doit s’accompagner d’une juste analyse des forces et faiblesses du camp ennemi, qui ne doit être ni surestimé ni banalisé.

Lien : Visa – Article complet : Bilan du FN/RN aux Municipales: NI BANALISER, NI SURESTIMER…


Plus que jamais, VISA repart au front !

Pendant ces trois derniers mois, l’activité de VISA n’a pas cessé, mais elle a été fortement contrariée par le confinement et ses restrictions. Si le site a été régulièrement mis à jour, beaucoup d’autres tâches ont été mises en sommeil. Aujourd’hui, au lendemain du second tour des élections municipales, nous reprenons l’ensemble de nos activités.

Tout d’abord, nous pouvons à nouveau livrer ou expédier le tome 3 de « Lumière sur mairies brunes », très précieux en ce moment, une bonne lecture pour cet été.

Passez commande par mel à assovisabis@gmail.com

Dans la foulée, nous sommes aussi en mesure de proposer toutes les formations de notre catalogue.

https://www.visa-isa.org/fr/formations-syndicales-antifascistes

N’hésitez surtout pas à nous solliciter par mel à assovisabis@gmail.com

A la rentrée, les 11, 12 et 13 septembre, VISA tiendra un stand au village du livre de la fête de l’Humanité à La Courneuve. Une belle occasion de se retrouver entre militant.es antifascistes !

Enfin, la campagne de cotisations a elle aussi été perturbée par l’épidémie et nous invitons les structures qui ne l’ont pas encore fait à renouveler leur adhésion. https://www.visa-isa.org/adhesion

Nous venons de publier un communiqué sur les élections municipales puis un dossier d’analyse plus complet au cours de l’été.

Lien : Visa – Plus que jamais, VISA repart au front !