CTREA Nouvelle-Aquitaine

Jeudi 27 mai 2021 – Visioconférence

Ordre du jour :

  • Point 1 : Approbation du procès verbal du CTREA du 8 octobre 2020
  • Point 2 : Contexte sanitaire de fin d’année
  • Point 3 : Procédures d’orientation – rentrée 2021
    • affelnet
    • parcoursup
    • catalogue apprentissage
  • Point 4 : Obligation de formation et travaux en région
  • Point 5 : Travaux de rénovation des UCARE
  • Point 6 : Préparation rentrée 2021
  • Point 7 : Carte scolaire 2022
  • Point 8 : Questions diverses

Le SNETAP-FSU présente une déclaration liminaire (et dénonce le comportement inacceptable d’un directeur ! )

  • Point 1 : Approbation du procès verbal du CTREA du 8 octobre 2020

Les documents de travail

Le Draaf fait part de sa satisfaction globale, dans ces circonstances inhabituelles et malgré des équipes surchargées, «  on a fait face ».

Outre la crise sanitaire, les services de la Draaf ont été fortement sollicités par l’épisode de gel printanier et la crise liée à la grippe aviaire.

Toutes les organisations syndicales appuient la position du SNETAP-FSU quant aux difficultés d’organiser la session d’examens 2021. Les organisations FO et UNSA soutiennent la demande d’annulation des épreuves terminales et la prise en compte du contrôle continu.

Le Draaf souhaite avoir un dialogue avant la judiciarisation des affaires. Il y a des affaires pour lesquelles l’Administration ne poursuit pas en justice alors qu’elle gagnerait.

  • Point 2 : Contexte sanitaire de fin d’année

Au 21 mai : 84 contacts à risque, 36 confirmés

Autotests : commande groupée avec l’Éducation Nationale, le ministère n’est pas autonome, il a bénéficié du marché EN. Marché de 15 millions € au niveau national, 7 points de livraison en Nouvelle-Aquitaine, les premiers lots, conditionnés en boite de 5. Les tests sont arrivés vendredi dernier en quantité suffisante pour les semaines qui viennent. Ils sont livrés ou en attente de livraison auprès des apprenants et des personnels.

L’utilisation des autotests par les apprenants en établissement doit être réalisée sous la responsabilité d’un adulte.

Les familles ne sont pas dans la dynamique de l’utilisation, entre 10 et 36 % d’entre-elles seulement se disent favorables.

L’administration ne rentre pas dans le détail du protocole à appliquer, quels groupes apprenants tester ? à quelle fréquence ?

Le SNETAP-FSU pose la question des établissement sans infirmière. Il constate que la demi- jauge a été, par endroit, difficile à respecter malgré la consigne ministérielle. Il en est de même quant au télétravail qui n’est pas une option.

Pour le Draaf, demander à respecter les consignes le réjouit car il n’entend pas toujours cela dans ses réunions avec les organisations syndicales. Le problème de l’équité pour les élèves se pose partout. Il reconnaît les efforts des équipes pédagogiques pour s’adapter à la situation. Il est surpris de notre propos sur le télétravail. Selon son analyse et sa pratique, on n’impose pas le télétravail, chaque agent volontaire pour télétravailler a eu la possibilité de le faire.

Le SNETAP- FSU est très choqué par les propos du DRAAF sur le volontariat et le télétravail. Malgré notre lecture de la FAQ et des consignes ministérielles, il méprise nos propos et les déforme, mettant même en doute notre capacité à lire et comprendre des consignes et des textes.

La vaccination des personnels est laissée au libre-arbitre de chaque agent, les agents se font vacciner si ils le souhaitent.

FO porte la question des examens et précisément du maintien des écrits du bac technologique qui ont lieu dans 15 jours. Suit-on l’EN ? Que se passera-t’il si les épreuves sont finalement suspendues ? Les élèves doivent-ils être confinés 8 jours avant ?

Pour l’Administration, la FAQ prévoit un protocole renforcé, les examens sont maintenus.

En cas de « cluster » dans un centre examen, il suffit de se référer au protocole sanitaire de l’EN disponible sur le site de l’EN (…) Les chefs de centre en ont eu connaissance. Pas d’autre d’élément de réponse dans l’immédiat.

Cours à distance : prime informatique ? On l’attend depuis le 1er trimestre… toujours rien. Pas d’information supplémentaire. Toutefois, le Draaf se veut rassurant, il est certain qu’elle sera payée, le ministre s’étant engagé.

L’UNSA et la CFDT font état d’un manque de matériel informatique permettant le télétravail des personnels administratifs. Ceux-ci sont contraints d’utiliser leur propre matériel sur lequel les logiciels professionnels doivent être installés.

Pour l’Administration, le région fourni le matériel pédagogique et le matériel aux agents de la Région, il n’y a pas de difficulté majeure à sa connaissance. Ce n’est pas à la Dger ou à l’État d’équiper ses agents, il n’y a pas de ligne budgétaire pour cela. Les EPL doivent le faire sur leur budget propre.

L’Unsa fait état de la difficile cohabitation entre les personnels de l’état et de la région (TFR/informaticien) : qui intervient sur quoi ?

  • Point 3 : Procédures d’orientation – rentrée 2021

https://regions-snetap-fsu.fr/na/wp-content/uploads/sites/3/2021/06/Parcoursup-_-point-btsa-29_avril_2021_difEE290421.pdf

Les particularités de cette année :

Affelnet : possibilité des familles des élèves de 3ième de saisir leur vœux directement, il faudra voir ultérieurement les résultats de cette pratique.

Parcoursup, points particuliers 2021 : baisse des candidatures mais hausse en NA, forte hausse des candidats « hors Union Européenne ». Problématique des candidatures d’opportunités venant de l’étranger, les « vrais » candidats sont « noyés » dans la masse et il y a toujours des difficultés pour entrer sur le territoire.

Les conséquences de la loi Pénicaud, pour la liberté de choisir son avenir professionnel, se font sentir fortement pour l’apprentissage : +20 % en général, +21 % en BTSA.

Besoin de concertation en EPL entre l’apprentissage et la formation initiale scolaire pour les candidats en apprentissage n’ayant pas de contrat. Lorsqu’un contrat est signé, le CFA doit effectuer la saisie dans « parcoursup » ce qui annule les autres vœux.

STAV : orientation vers hors agri/spécialités : des informations « parcoursup » ont été organisées auprès des établissements d’accueil sur le contenu des spécialités du STAV.

L’Unsa fait état de difficultés au niveau local et départemental pour présenter les formations dans les établissements de l’EN.

L’Administration incite à développer les liens locaux, à renforcer les relations interpersonnelles, des difficultés plus ou moins grandes perdurent. Dans chaque département, un directeur d’EPL a été nommé référent EN. Par ailleurs, le protocole régional d’élaboration de la carte carte des formations professionnelles initiales scolaires est une fenêtre supplémentaire d’échanges avec l’EN.

Catalogue des formations par la voie de l’apprentissage : 

L’objectif est de centraliser l’information « carif oref », « capmetier » en NA.

Pour les situations particulières, chaque autorité académique décide de publier (Rectorat, Draaf ou Ddjs) sur « parcoursup » ou « affelnet ». Les établissements visualisent également et doivent veiller à l’exactitude des informations publiées.

https://regions-snetap-fsu.fr/na/wp-content/uploads/sites/3/2021/06/Decrocheurs-_Campagne2020_Bilan-Global-DRAAF.pdf

PAFI : parcours aménagé de formation initiale : possibilité de faire des stages d’immersion pendant le temps scolaire.

Le SNETAP-FSU fait remarquer que le taux de décrocheurs est important dans certaines composantes (MFR) de l’enseignement agricole et dans certaines filières (services aux personnes, commerce, agroalimentaire) en particulier. Ces résultats confortent le service public pour éviter le décrochage scolaire et remet en cause le système d’enseignement des MFR souvent porté aux nues.

Pour l’Administration, il est nécessaire de mesurer les pertes en cours de cycle et faire un point d’alerte aux établissements concernés. Peu de décrocheurs en production agricole.

Pour la filiere SAPAT, un travail est mené depuis 4 mois avec les « familles » de l’EA, il y a souvent inadéquation entre les souhaits des apprenants et realité, « ils rêvent de travailler auprés d’enfants et et se retrouvent en ehpad ».

L’Unsa fait remarquer que la filière est visible pour la production agricole. Ce qui n’est pas forcément le cas pour les autres, il y a un travail à faire de lisibilité des diplômes.  Il faut développer l’orientation des élèves, notre système de formation a énormément d’atout pour faire face au décrochage.

Draaf : depuis la loi du 5/9/2018, les formations sont inscrites au RNCP, elles doivent se présenter en bloc de compétences.

A partir de juin 2021, Agrosup Dijon récupére les ucares. Un établissement devra piocher dans ces ucares pour ouvrir une formation, ce qui assure une meilleure lisibilité.

  • Point 6 : Préparation rentrée 2021

Les informations sont encore provisoires, des ajustements pourront être réalisés en septembre en fonction des effectifs présents.

Poursuite de la politique de rationalisation des moyens, baisse des moyens nationaux pour revenir au taux d’encadrement de 2012-2015-2016 (période où il y a eu hausse des effectifs et des moyens). La baisse de la DGH est atténuée par la baisse des effectifs .

Pour le Draaf, on ne décrète pas la DGH, elle s’adapte aux effectifs. L’EAP a peut-être été mal identifié la première année de la mise en œuvre de la réforme du bac, à l’entrée en seconde en 2019. Aussi, il demande à son Administration de préparer une lecture des chiffres sur plusieurs années pour identifier d’éventuels facteurs explicatifs.

Bac général, l’Administration affirme accompagner tous les établissements pour leur permettre de proposer des spécialités en doublette ou en triplette. 6 établissements qui proposent la spécialité « mathémathiques » participent à une expérimentation pour offrir

l’option « maths expertes » en terminale générale : Venours, Angoulême, Saintes, Limoges, Sainte Livrade, Libourne.  Cela concerne un tout petit effectif (moins de 20 élèves), l’expérimentation est pilotée par Angouleme et Limoges.

2h en distanciel (limoges) + 1h en présentiel

16 à 17 jeunes dans ce dispositif pour suivre la « prepa véto » notamment.

Accompagnement et suivi : un comité technique comprenant deux collégues de l’Ensfea et un1 inspecteur de maths se reunira 3 fois par an + comité de pilotage dans chaque établissement + réunion 2 à 3 fois par an des enseignants des 6 (7?) établissements.

Le dispositif, encadré par la note de service « experimentation » sera précisé en septembre 2021.

Sur cette expérimentation, le SNETAP- FSU après avoir demandé des informations supplémentaires sur cet enseignement à distance, soutient les propos de FO quant à ses réserves sur ces nouveaux modes d’enseignement. Il sera vigilant.

Le SNETAP-FSU rappelle le « scandale » du financement de l’AP en STAV, le ministère ne tient pas sa parole. Le financement de la moitié de l’AP avec des HSE, risque d’entrainer des dérives ppour les autres disciplines.

Fo fait remarquer que la DGH ne cesse de baisser depuis 2018 et demande un moratoire suite à la pandémie et aux 2 années de scolarité difficile. L’expérimentation «maths expertes » revient à la mise en place d’un enseignement à distance avec un risque pour d’autres enseignements facultatifs ou optionnels. Pour les élèves souhaitant s’orienter vers des études vétérinaires, cela signifierait abandonner ou la biologie ou la physique-chimie, ce qui ne semble pas cohérent. Resultat de la prépa stav veto ?

Le SNETAP-FSU observe que le calendrier de la carte des formations, courrier du SRFD le 15/03/2021 pour réponse au 20/05/2021, empêche certainement le fonctionnement normal des instances des EPL.

Par ailleurs le protocole « sur la carte des formations professionnelles initiales par la voie scolaire » pose plusieurs questions, quant au vocabulaire utilisé (« agilité des formations »), à son contenu (« conférence des diplomes ») et aux objectifs poursuivis :

  • partenariat public/privé/ entreprises
  • rappel du cadre budgétaire contraint et de la réaffectation de moyens
  • priorité pour le développement économique régional
  • réponse à des besoins immédiats.

Le SNETAP-FSU interroge aussi sur les chiffres avancés « 80% des métiers que élèves actuels exerceront en 2030 n’existent pas ».

Le DRAAF minimise notre interrogation.

L’Unsa et la CFDT partage notre constat.

Le Draaf doute que le calendrier accéléré diminuerait la concertation locale dans les EPL. Il faut trouver l’équilibre entre ce que souhaitent les enseignants, ce que veulent les professionnels, ce que peuvent porter les directeurs. Toutefois, il alertera les directions sur la nécessaire concertation à respecter.

Il rappelle le transfert de la compétence «orientation» aux régions, l’attachement du Conseil Régional à cette mission, qui est le mieux à même de définir ce dont le territoire à besoin.

27 mai 2021 : le compte-rendu du CTREA