Le SNETAP-FSU des Hauts-de-France saisi le CHSCT REA pour novembre

Considérant que :

  • la situation sanitaire se dégrade de nouveau, rendant ainsi les textes sortis en juillet et même en octobre complètement obsolètes et nécessitant la tenu de CoHS qui ne se fait pas;
  • les questions liées à l’hygiène et sécurité sont trop souvent traitées de manière inégale entre établissements des Hauts-de-France, faute de moyens, d’appétences …;
  • la gestion sanitaire de l’Enseignement Agricole Public (EAP), trop laissé aux initiatives des préfets, est gérée au niveau de l’échelle des départements et non pas à l’échelle régionale (actuellement 3 départements sur 5 font partie d’une zone d’alerte renforcée);
  • des questions diverses et variées s’accumulent comme par exemple : la tenue en présentiel des instances à venir, des concertations dans les établissements, les conseils de classe à venir…, l’accueil des élèves provenant de plusieurs départements et leurs conditions de vie dans les lieux collectifs, le degré de télétravail à mettre en place, les masques DIM et leurs traitements qui nous ont été distribués à la rentrée, etc. ;
  • la réponse pour les personnels vulnérables ne nous satisfait pas (on est théoriquement revenu à la liste de 11 pathologies suite à décision du conseil d’état mais dans les faits cela ne s’applique pas ou mal) ;
  • le jour de carence pour l’isolement en cas de contact mais aussi en cas de contamination du Covid est inacceptable;
  • le bilan sur la situation des établissements, comme l’avait promis la DRAAF-SRFD, ne se fait pas;

le SNETAP-FSU a saisi le CHSCT REA, ce lundi 26 octobre 2020, afin que cette commission puisse, rapidement, être un appui à l’ensemble des établissements des Hauts-de-France et demander à la DRAAF-SRFD de prendre davantage de responsabilité dans la gestion de cette crise sanitaire.

Le SNETAP-FSU des Hauts-de-France est soucieux de la protection des apprenant·es et de l’ensemble du personnel de l’EAP des Hauts-de-France. Face à une deuxième vague qui s’annonce pire que la première, le SNETAP-FSU des Hauts-de-France souhaite que les protections sanitaires soient renforcées.

Saisi du CHSCT REA Hauts-de-France