Airion – Ribécourt : Projet de fusion ficelé à l’insu de son personnel

Airion – Ribécourt :

Projet de fusion des établissements ficelé à l’insu de son personnel

A l’heure des tensions sociales dans les Hauts-de-France, comme dans le territoire national, suites aux mesures iniques de casse de l’enseignement agricole public et du statut du fonctionnaire, les personnels des lycées agricoles publics d’Airion-Beauvais et de Ribécourt ont découvert un projet de fusion de leurs établissements.

Photo EPL de l'oise

Entrée du lycée agricole de l’Oise

Photo EPL Ribécourt

Entrée du lycée horticole de Ribécourt

 

Aucune prémisse, aucun dialogue préalable avec le personnel ni même les représentant·es du personnel et/ou les organisations syndicales n’ont été mis en place pour construire ce projet de fusion.

Ceci pendant que la DRAAF-SRFD exhorte les représentant·es SNETAP-FSU des Hauts-de-France, rentré·es dans la résistance contre la casse de l’EAP, de rester, au nom du dialogue à ne pas perdre, autour de la table pour collaborer à leurs projets de réduction de moyens.

Maintenant, la DRAAF-SRFD ne tient déjà pas ses promesses de consulter les organisations syndicales pour la mise en place du CFA régional mais prépare en catimini avec la complicité des équipes de direction des projets comme celle de la fusion d’Airion-Beauvais et de Ribécourt pour les exposer à son personnel quand tout est déjà ficelé.

Cette façon de mettre le personnel au pied du mur traduit le mépris qu’a l’Administration vis à vis de ses agent·es qui au quotidien honorent le service public tant attendu et réclamé par nos concitoyen·nes.

C’est pourquoi, sur le fond et la forme, le personnel d’Airion-Beauvais et de Ribécourt ne peuvent qu’exprimer leur méfiance quant à ce projet, surtout au regard des contextes passés (projet de fusion retoqué une première fois en 2010) et actuel avec les contestations sociales suite aux mesures prises par le gouvernement au niveau de l’éducation en général et de l’enseignement agricole en particulier.

La relation de confiance, qui pouvait exister, est rompue avec la DRAAF-SRFD des Hauts-de-France et la direction d’Airion-Beauvais et de Ribécourt. Les instances réglementaires sont court-circuitées, les syndicats ignorés tout comme les représentant·es des personnels, à tous niveaux. L’urgence dans laquelle nous est proposé ce projet ne peut que nous inquiéter et laisse à penser qu’on veut nous l’imposer sans nous laisser réellement le temps de nous l’approprier collectivement, d’en discuter entre nous et éventuellement de l’amender.

Dès la connaissance de ce projet de fusion pratiquement ficelé, les sections locales du SNETAP-FSU des deux établissements ont de leur propre initiative provoqué une réunion des personnels afin que chacun·e puisse tout de même s’exprimer.

Le 28 mai, en réunion des personnels sur Airion, des annotations portées au texte original ont été validées par au moins la majorité des personnes présentes représentant différentes fonctions de l’EPL.

L’opposition qui transparaît envers ce projet n’est pas de principe, s’il nous est démontré, qu’il est dans l’intérêt des usagers du service public que nous défendons et en cohérence avec le maintien de conditions de travail des personnels non dégradées. Et pas comme nous en avons malheureusement trop souvent l’habitude les prémices d’une gestion purement comptable ou d’enjeux étrangers à la recherche de la qualité du service rendu à ces mêmes usagers.

Un tel projet mérite, au minimum, une ambition partagée par un état des lieux réalisé par les acteurs des deux établissements dans leur ensemble.

Lors de la réunion syndicale organisée par la section SNETAP-FSU d’Airion-Beauvais il a été décidé de :

  • transmettre les remarques des personnels aux directeurs des EPLEFPA de l’Oise et de Ribécourt ainsi qu’à l’autorité académique la DRAAF-SRFD des Hauts-de-France, la DGER et la vice-présidente régionale en charge des lycées et de l’orientation, Mme Martin,
  • demander qu’une réponse écrite reprenant les interrogations soulevées soit produite dans les meilleurs délais et communiquée aux Personnels de l’EPL de l’Oise et de Ribécourt,

  • d’organiser une consultation référendum avant le Conseil Administration afin que les représentants des personnels votent en fonction du résultat de celle-ci,

  • faire porter par l’organisation syndicale majoritaire, le SNETAP-FSU, une déclaration liminaire pour expliquer aux élu·es du Conseil d’Administration notre démarche,

  • enfin de demander que les personnels des parties concernées (de tous niveaux et de toutes fonctions) soient associés avant que les décisions ne soient entérinées.

Ce comportement méprisant de l’Administration envers de ses agent·es d’Airion-Beauvais et de Ribécourt n’est qu’une anticipation de la vision de la gestion de la fonction publique du gouvernement actuel.

L’Enseignement Agricole Public n’est pas écarté, il est même davantage impacté que l’Éducation Nationale par les différentes réformes : augmentation des seuils, baisse de la DGH, réforme du bac général (EATDD), réforme du bac technologique STAV (danger pour les pluri, nature du stage dévalorisé avec son problème d’évaluation, grand oral), réforme de la voie professionnelle, réforme de l’apprentissage, enseignement supérieur (Soucis de Parcoursup), réforme du statut de fonctionnaire.

C’est pourquoi, nous devons toutes et tous continuer à nous engager pour défendre nos droits garants de conditions de travail et d’apprentissage satisfaisantes pour nos élèves, apprenti.e.s et étudiant.e.s : ne lâchons  rien !

Lien : SNETAP-FSU – Convocations aux examens, fonctions de prof principaux boycottées : répondez M. le Ministre !